Retour

Restaurer un moulin à eau (1ère partie)

A - Problèmes Techniques

Celui qui se trouve possesseur d'un moulin, soit par héritage, soit par achat, se pose immédiatement le problème de sa restauration, si toutefois il est passionné de moulins. Nous ne saurions trop lui conseiller de ne pas agir avec précipitation et de bien réfléchir à son projet. Par projet il faut entendre le projet technique bien sûr mais aussi projet global. Jusqu'où restaurer ? Pour quel objectif ? Pour quelle durée ?
La restauration d'un moulin, même doté de son mécanisme est une opération d'envergure et qui amène celui qui l'entreprend à engager des sommes importantes.
Autant que ce soit à bon escient.

Par moulin, il faut entendre un atelier artisanal ayant un équipement lui permettant potentiellement ou réellement d'élaborer un produit quelconque : de la farine, de l'huile de noix ou d'olive, du papier, de l'électricité, etc.
Par équipement, il faut entendre roue hydraulique ou turbine, meule à blé ou à huile, alternateur et mécanisme de transmission, c'est à dire différents engrenages permettant de transmettre le mouvement et la force motrice du moteur, la roue ou la turbine, à l'outil travaillant. Le mécanisme peut être plus ou moins complet. Avant tout projet, un inventaire minutieux doit en être fait, sur la présence et l'état de tous les éléments.
Un élément essentiel est le système hydraulique capable de faire tourner une roue hydraulique. Le système hydraulique comprend en général un barrage, un bief qui conduit l'eau au moulin et différents vannages permettant de faire fonctionner le dispositif. Un bâtiment qui ne comporte pas ces éléments n'est plus un moulin mais une maison au bord de l'eau (parfois sans eau d'ailleurs).

Plusieurs cas de figures se présentent :

1) le moulin ne comporte plus aucun mécanisme

Il est toujours possible d'entreprendre la restauration d'un moulin vide, mais elle demande beaucoup de moyens financiers et le matériel nécessaire est très difficile à trouver. Dans ce cas il est illusoire d'envisager une restauration.
Si le système hydraulique est complet, y compris l'emplacement de la roue hydraulique avec ses supports en pierre et son bajoyer, la pose d'une roue hydraulique peut être envisagée, pour l'agrément ou pour produire de l'électricité. Il faut alors s'informer du régime de la rivière et de l'existence d'un droit d'eau en cours de validité. Le coût d'une roue hydraulique peut varier de 15 000 à 30 000 €, suivant son type et ses dimensions. La construction d'une roue est une opération délicate, car la roue doit être rigoureusement équilibrée pour fournir toute sa puissance et même tourner correctement. Un particulier peut s'attaquer à sa reconstruction. Mais seul un "bricoleur" très averti peut mener à bien cette opération.
Parfois, il reste les vestiges de la roue, l'arbre, les étoiles et les ferrures. Dans ce cas, l'opération sera plus facile, pour un non spécialiste. Confier l'opération à un lycée professionnel peut être intéressant sur le plan financier et pour la formation des élèves, mais le cahier des charges, avec plans, doit être soigneusement établi. Il faut savoir que l'on trouve peu de plans cotés de roues hydrauliques et que l'adaptation des plans existants aux cas particuliers est toujours délicate.
Dans la plupart des cas, il est préférable de confier l'opération à un charpentier spécialisé.

2) Une ou deux paires de meules sont encore présentes, mais le mécanisme de transmission a disparu en totalité ou partiellement.

Dans un moulin à eau ancien, on peut trouver une ou deux paires de meules, mais les pièces de fonte ont été pillées ou vendues à des ferrailleurs.
Dans ce cas, il faut retrouver un minimum de pièces manquantes. Le mécanisme d'un moulin à eau comprend au minimum : un rouet de fosse, un pignon conique (renvoi d'angle), solidaire d'un axe vertical, qui peut être directement le fer de meule dans un moulin à une seule paire de meules. Ce cas est très rare car la plupart des moulins ont été équipés de deux paires de meules ou plus à partir du passage de la mouture "à l'anglaise" au milieu du 19e siècle. Dans les moulins à deux paires de meules l'axe vertical porte un engrenage horizontal appelé "hérisson" qui entraîne deux ou plusieurs pignons en fonte. Ceux-ci entraînent les meules tournantes par l'intermédiaire d'un petit fer de meules. Le mécanisme comprend aussi un système pour le réglage de l'écartement des meules : la trempure.
Dans les Alpes et le sud de la France, ainsi qu'en Corse, les moulins sont équipés de roues hydrauliques horizontales en bois ou en métal qui entraînent directement la meule tournante. Leur mécanisme est beaucoup plus simple, un axe vertical solidaire de la roue fait tourner la meule. Dans ce cas, chaque paire de meules possède sa roue. Le mécanisme de tempure est aussi beaucoup plus simple, une simple pièce de bois axée à une des extrémités et une tige avec vis permettant de la faire jouer dans le sens vertical.
Où trouver les pièces de mécanismes ? C'est le problème le plus difficile à résoudre. Il faut essayer de les trouver dans des moulins voisins à l'abandon. Il faut être à l'affût de ceux qui achètent un moulin pour faire une résidence principale: c'est assez courant ; ils sont prêts à céder le matériel pour un prix raisonnable ou seulement pour le démontage et l'enlèvement. Certaines associations, peu nombreuses, ont une activité de récupération de pièces de moulins. Il faut s'adresser à elles. Elles cèdent les pièces le plus souvent à un prix raisonnable.
Il va de soi que les entreprises qui restaurent des moulins peuvent fournir les pièces manquantes.
On peut trouver en France des exemples de moulins restaurés avec des mécanismes non conventionnels composés de poulies et courroies ou de pignons et chaînes. Des adresses peuvent être fournies.

3) Le moulin possède son mécanisme complet

C'est la situation idéale. Il suffit alors de dégripper et de réviser toutes les pièces, et de vérifier que tous les éléments sont bien en ligne et peuvent tourner sans risquer la casse. Ce n'est pas forcément évident.

agrandissement
Reconstruire une roue hydraulique est l'affaire d'une équipe de bénévoles très avertis ou d'un professionnel, à moins qu'il n'y ait que quelques aubes à changer. La roue à augets du Moulin de Saint André d'Embrun, facile à restaurer.
Le barrage et le système hydraulique doivent être vérifiés. C'est de là que peuvent venir les surprises et les dépenses. Ici le bief de la scierie de Doucier dans le Jura. .
agrandissement
agrandissement
Il faut vérifier la présence de tous les éléments du mécanisme du moulin. Souvent en mauvais état, il faut nettoyer, dégripper et graisser. Ici le mécanisme du moulin à eau de Chatelais, en Anjou.
La roue et son environnement, barrage bief et vannages est l'élément essentiel. On trouve dans les moulins anciens des roues à tous les stades de la " ruinification ". C'est pourtant par là qu'il faut commencer… à moins de faire tourner le moulin avec un moteur électrique. Ici la roue du Petit Moulin à Grez-Neuville., en Anjou.
agrandissement
agrandissement
Schéma d'un moulin à eau à une seule paire de meules
Ste Marie de Campan roudet : Les roues horizontales actionnent la meule tournante en direct. Elles tournent vite et doivent être bien équilibrées. Leur construction est affaire de spécialistes.
agrandissement

Ancien article :

La manœuvre des vannes

La construction roue hydraulique à aubes

Le Cormier : ou trouver des plants ?

Les Bactéries au secours du Patrimoine historique

Le rhabillage des Meules

Les meules à grain anciennes